En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies [ou traceurs] destinés à mesurer son audience.
Midi-Pyrénées Nord
viticulteur

Prévention en viticulture

Mis à jour le 14/05/2018

Nos articles sur la prévention en viticulture. Salariés ou employeurs, des interrogations ? N’hésitez pas à interpeller le Service Santé Sécurité au Travail (SST).

TMS ou Troubles Musculo-Squelettiques

Qu'est ce que les TMS ?

Les troubles musculo squelettiques, plus communément appelés TMS, regroupent les affections qui
touchent les tissus péri articulaires des articulations des membres supérieurs, inférieurs ou de la
colonne vertébrale.

Ce sont les maladies professionnelles les plus fréquentes dans le monde industrialisé et elles
n'épargnent pas le monde agricole.

Leurs coûts humains et financiers ne cessent d’augmenter.

Les TMS regroupent les tendinites (inflammation des tendons), les bursites (inflammation des bourses
séreuses), les ténosynovites (inflammation des gaines synoviales), les capsulites (inflammation des
capsules articulaires) mais aussi des compressions nerveuses, tel que le syndrome du canal carpien.
Ces troubles apparaissent lorsque les mouvements imposés aux articulations dépassent leurs
capacités à y répondre.
 

Les symptômes

Le premier symptôme est la douleur. Elle survient lors de la sollicitation répétée d’une articulation,
après un certain temps de travail. Lorsque le geste se poursuit, au fil des semaines, la douleur se
manifestera même au repos, voire la nuit et pourra perturber le sommeil. Elle peut s’accompagner
d’un oedème localisé.
Négligée ou à la reprise du même geste, elle peut devenir invalidante et résister aux traitements
simples : repos, anti inflammatoires...
 

Les causes

Les causes des TMS sont multifactorielles : les gestes répétitifs et la cadence avec laquelle ils sont
effectués, le port répété de charges, les mauvaises postures ... mais également :
  • l'utilisation de matériel inadapté ou mal entretenu : par exemple, un sécateur trop grand, un couteau qui coupe mal obligent à forcer ou à recommencer le geste.
  • l’organisation du travail : le manque de pause, le stress , une ambiance de travail pesante, un manque de marge de manoeuvre, le faible soutien de l'équipe , l'absence de cohésion entrent en ligne de compte.

L’environnement contribue à favoriser ces TMS : le froid, le vent, l’humidité.

Certains facteurs personnels entrent en jeu : l’âge, le sexe (les femmes sont plus touchées que les
hommes), les problèmes hormonaux, les antécédents personnels.

Toutes les personnes travaillant dans la même situation ne vont pas développer des TMS. Il existe une
susceptibilité individuelle qui explique que certains développent plus ces pathologies que d'autres.
 

Les conséquences

Les TMS peuvent évoluer jusqu’à l’incapacité à effectuer certains mouvements, conduire à une
inaptitude à un poste de travail, obliger un exploitant à sous-traiter les taches qu’il ne peut
plus réaliser, et donc à réorganiser l’entreprise ce qui induit un coût et peut mettre en péril
l’exploitation.

Cela peut avoir des conséquences socio-économiques graves pour le travailleur (perte d’emploi,
difficultés financières) et pour sa famille. Il faut ajouter à cela une reconversion professionnelle
qui, parfois, est loin d'être simple.

Bien que les outils et les techniques culturales se soient améliorés (sécateurs électriques, pré taille
tracteurs plus performants, vendanges machine), les travailleurs viticoles sont exposés aux TMS plus
particulièrement lors de la taille, du tirage des sarments, de l’attachage, de l’épamprage ou du
relevage des fils.

Sous certaines conditions, ces pathologies sont reconnues comme maladies professionnelles. Elles
donnent alors droit à une indemnisation journalière sans décote en cas d’arrêt de travail, une
absence de délai de carence pour les salariés, une prise en charge des soins médicaux engendrés et
une indemnisation des séquelles s'il en persiste.